Ma vie d'auteur : Les Salons

La préparation


Préparer un salon, c'est essentiellement deviner combien de livres emporter. Pour cela, il faut répondre à quelques questions :

1/ Petit salon ou grand salon ?

2/ Imaginaire ou non ?

3/ Combien de jours ?

4/ Êtes-vous déjà venu dans ce salon ?

Plus vous avez de livres à proposer, plus c'est complexe, car il est impossible de deviner quel livre va marcher ce jour-là. Pour ma part, je préfère prévoir plus que pas assez. Pour un petit salon local, par exemple, je vais prendre entre 5 ou 6 tome 1 et 3 exemplaires des tomes suivants. Pour les one shot, je prévois 6 livres. Mais, pour un grand salon de l'imaginaire qui dure 2 jours, je vais prévoir beaucoup plus. De 15 à 20 pour les tomes 1 et la moitié pour les autres. Et entre 10 et 15 pour les one shot. Si je suis une habituée du salon, je prévois un petit peu plus de tomes 2 et 3.

Ensuite, il faut penser à une nappe, à de la décoration, à des présentoirs pour les livres, aux marque-pages, goodies, sac en papier, fond de caisse, stylo, carnet (toujours pratique d'avoir un support pour noter quelques idées, ainsi que le nombre de livres vendus). Si le salon dure plusieurs jours, vous pouvez emporter une bâche pour protéger les livres la nuit.

Vous pouvez aussi penser à de l'eau, des mouchoirs, un repas (tous les salons ne fournissent pas de repas ou de solutions pour manger sur place), des gâteaux (si vous aimez grignoter).


Comment transporter tout ça ? Vous pouvez utiliser des cartons, tout bêtement (mais attention, les cartons estampillés Amazon vous vaudront parfois des remarques acerbes). Depuis peu, j'utilise des boîtes en plastique avec couvercle.


Vous avez peur d'oublier quelque chose ? Pensez à une check-list. C'est très pratique.


Le départ


Première chose, pouvez-vous covoiturer avec un ami auteur ?

Ensuite, il faut charger la voiture avec les boites ou cartons, sans oublier un diable (les cartons de livres c'est lourd), votre roll up, repas.

Prenez un bon petit déjeuner, on ne sais jamais comment se déroule le salon.

Habillez-vous chaudement (en hiver, dans un gymnase ou une salle municipale, il fait froid).

La veille, préparez votre trajet avec votre GPS favori. Prévoyez 1/2 heure pour vous installer.

C'est parti !


L'arrivée


Le petit truc sympa, de certains salons, c'est de trouver la salle. L'adresse n'est pas toujours exacte ou fournie, le GPS fait parfois des siennes, l'endroit n'est pas indiqué... Cela fait partie des surprises lors d'un nouveau salon. Ensuite, il faut trouver une place de parking qui ne soit pas trop loin de la salle, car vous devez transporter votre matériel jusqu'à votre table. J'ai une pensée émue pour le Festival du Fantastique, porte de Champeret, à Paris, où vous avez 5mn pour décharger vos cartons avant de dégager à la recherche d'une place pour votre voiture (et de pleurer en payant la douloureuse en repartant).


L'installation


Vous êtes arrivé. Vous avez entassé vos cartons sur le diable, il vous reste à découvrir l'endroit et trouver votre place. Et parfois, vous avez des surprises. Vous aviez prévu de faire un beau stand, avec votre beau roll up tout neuf, sauf que... sauf que vous êtes dans le carré du milieu et qu'il n'y a aucun moyen de poser ce roll up. Parfois, vous pouvez à peine vous asseoir. Votre voisin à largement empiété sur votre table... Tout ça fait partie du jeu.

Vous devez donc installer votre stand, nappe, livres, déco... Prenez votre temps.


Le salon


Les portes s'ouvrent, la foule en délire se déverse dans la salle... ou pas. Tout dépend de l'événement. Dans un grand salon, renommé, c'est le cas. Lors du salon du fantastique (encore lui), le matin vous doublez des dizaines de personnes qui attendent l'entrée. La pression !

Mais, dans des salons plus modestes, et bien, les visiteurs ne sont pas au rendez-vous.

D'ailleurs, qu'est ce qui fait venir les gens dans un salon ou pas ? Personne ne le sait. Il fait trop beau, pas assez. La pluie peut pousser les gens à venir s'occuper dans un salon ou les garder chez eux. Le beau temps peut les motiver pour la plage et ils débarqueront en fin de journée.

Malgré tout, pas de panique. N'oubliez jamais que les auteurs sont aussi des lecteurs. Ils font le tour des copains. Et puis, un peu de tranquillité vous permettra de faire connaissance avec vos voisins. De belles amitiés peuvent ainsi voir le jour. Il faut toujours voir le bon côté des choses. Le pire salon de ma vie (j'avais oublié mon fond de caisse dans le train et il n'y avait vraiment personne) m'a permis de rencontré un auteur qui est devenu un super fan qui m'a écrit mes plus belles chroniques (Merci Frédéric).


Le retour


Ca y est, c'est l'heure. Les visiteurs sont partis, les autres commencent à plier. Vous rangez vos livres, vos affaires et hop, voiture, trajet, maison. Vous êtes fatigué et heureux, ou désespéré (c'est selon).


6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout